Nous contacter

A.R.C.T

Avenue de France n°14

B.P 6702 Bujumbura Burundi

Tél : +257 22 255667

Fax: +257 22 24 28 32

E-Mail: info@arct.gov.bi

Appel gratuit: 151

 

      DG ARCT

Ir. Donatien MANIRAMPA

Le Burundi, à l’instar des autres pays africains, a pris conscience des enjeux des télécommunications dans la société en devenir. Pour créer le Burundi de demain, le gouvernement a décidé de définir une politique large bande, qui est l’acheminement de plusieurs formats (voix, vidéo, texte et données) sur un seul canal via des  techniques assurant des vitesses  d’au moins 256 kbit/s, qui servira de trajectoire à tous les acteurs des TIC/Télécommunications. Reconnaissant l’importance socio-économique des services à large bande pour le développement national, il lui faudra garantir la disponibilité de l'infrastructure nécessaire pour les fournir à tous les citoyens à des tarifs abordables.

 Aujourd’hui, le haut débit est considéré comme une denrée de première nécessité au même titre que l’électricité. L’avènement d’Internet est comparé à l’impact de l’électricité à la révolution industrielle. Il a doté l’utilisateur individuel de capacités inimaginables de portée mondiale, créé une bibliothèque planétaire sur tous les domaines et accessible à tous, permis plusieurs manières de communiquer partout et avec tout le monde. Pour profiter de toutes ces avancées et exploiter pleinement Internet il est indispensable d’avoir une connexion haut débit

Buts et objectifs stratégiques pour le haut débit au Burundi

Le Plan National Large Bande du Burundi a pour objectif général de maximiser les avantages socio-économiques des citoyens et plus particulièrement de:
-    promouvoir le déploiement du large bande sur tout le pays (par étapes)
-    augmenter le taux d’usages et d’utilisateurs du large bande
-    assurer la disponibilité des services utilisant le large bande à des prix abordables

Etat des lieux du developpement des tic au  burundi

Le secteur des Télécommunications/TIC subit une croissance considérable dans notre pays depuis la libéralisation de ce secteur. C’est notamment à partir de 1997 qu’a eu lieu la libéralisation du secteur des Télécommunications et depuis cette année, le marché des Télécommunications a connu une évolution rapide par l’implantation des opérateurs des réseaux et services de Télécommunications mobiles et Internet dans un environnement compétitif et concurrentiel.
Les abonnés aux réseaux mobiles ont sensiblement augmenté ; passant de 136.709 en 2005 à 5.357.816 abonnés actifs en 2016, soit un taux de pénétration de 1,3% à 49.9% respectivement.  
L’évolution de l’Internet n’a pas suivi le même rythme,  les Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) restent implantés uniquement à Bujumbura et dans quelques grandes villes de l’intérieur du pays, occasionnant ainsi une faible pénétration et la fracture numérique.

Conscient que les TIC constituent un secteur transversal, générateur de revenus substantiels et d’emplois et qui sert de base pour structurer, dynamiser et promouvoir d’autres secteurs comme l’éducation, la santé, le commerce, l’administration publique, le transport, le tourisme, le Gouvernement du Burundi a mis en place un  Projet d’Infrastructure de Communication (PIC) financé par la Banque Mondiale, un réseau de transport à fibre optique (Dorsale nationale) couvrant tout le territoire National.

C'est dans ce cadre que dans  l'hôtel City Hill s'est tenu un atelier de sensibilisation sur la "Strategie Burundi Large Bande" et la validation du rapport d''évaluation sur les lois et réglémentation des TIC au Burundi élaboré en collaboration avec l'Union Internationale des Télécommunications.

Tous les documents de l'atelier peuvent consultés par ici