Nous contacter

A.R.C.T

Avenue de France n°14

B.P 6702 Bujumbura Burundi

Tél : +257 22 255667

Fax: +257 22 24 28 32

E-Mail: info@arct.gov.bi

Appel gratuit: 151

 

      DG ARCT

Ir. Donatien MANIRAMPA

Qu'est-ce que le large bande?

On associe souvent le large bande à une vitesse de transmission débit ou à un ensemble de services donnés, comme la ligne d'abonné numérique (DSL) ou les réseaux radioélectriques locaux d'entreprise (wLAN); toutefois, les technologies du large bande ne cessant d'évoluer, la définition est tout sauf figée. Aujourd'hui, par large bande on désigne couramment des connexions Internet récentes dont la vitesse est de 5 à 2000 fois supérieure aux précédentes technologies Internet accessibles par connexion téléphonique. Or le "large bande" n’est pas une affaire de vitesse ni de service; le large bande combine en effet une capacité (largeur de bande) et un débit.

La Recommandation I.113 du Secteur de la normalisation des télécommunications de l'UIT définit le large bande comme une capacité de transmission supérieure au débit primaire du Réseau Numérique à Intégration de Service (RNIS), 1,5 ou 2,0 Mbit/s.

L’UIT a fortement souligné l’importance capitale de l’accès large bande pour le développement. Un grand nombre d’applications et services efficaces et capables de favoriser le développement, comme le commerce en ligne, le cybergouvernement et les services de banque en ligne, ne sont disponibles que grâce à un accès Internet à haut débit.

Cependant la pénétration de l’accès large bande reste faible en Afrique, avec seulement 0.15% abonnés numérique(DSL) et 0.04% d’abonnés Internet en 2016, selon le rapport de l’UIT intitulé «Profils statistiques de la Société de l’information 2016: Afrique».

Dès lors les pays de l’EAC se sont engagés pour adopter des politiques communes en matière des télécommunications. Dans cet objectif ces mêmes pays vont adapter des nouvelles règles et procédures pour la réglementation régionale afin de promouvoir un développement accéléré et harmonieux des TICS.

Pour le Burundi, En date du 20 Mars 2018, l’ARCT en collaboration avec le Ministère à la Présidence en charge des Affaires de la Communauté Est-Africaine, a organisé et animé dans les enceintes du ZION HOTEL, l’« Atelier de Consultations Nationales sur le Projet de Règlements sur l’interconnexion transfrontalière large bande en matière de Technologies de l’Information et de la Communication au sein des pays partenaires de la Communauté Est-Africaine ».

L’objectif de l’atelier était d’amener les participants du secteur de TIC à contribuer au niveau national au Projet de règlements sur l’interconnexion transfrontalière large bande de la Communauté Est-Africaine, susceptible de répondre aux attentes des États de la Communauté Est-Africaine.

Le Directeur Général de l’ARCT, dans son Allocution d’accueil des invités, a insisté sur l'importance du document qui permettra aux pays de la Communauté Est-Africaine d’adapter et d’harmoniser les procédures et les réglementations.

Aussi, a-t-il ajouté, l’approche participative, les commentaires et les contributions de tous les participants sont sollicités pour aboutir à un Projet de règlements sur l’interconnexion transfrontalière large bande de la communauté Est-Africaine.

Dans le discours du Représentant de la Ministre à la Présidence en charge des Affaires de la Communauté Est-Africaine, il a relaté l’importance dudit document pour le pays et pour tous les membres de l’EAC en matière de développement des Technologies de l’Information et de la Communication.

La grande partie de l’atelier a été occupée par la présentation, exposée par Monsieur HAKIZIMANA Constaque, Directeur Technique à l’ARCT. C’était une présentation qui soulignait les points essentiels du document auquel les participants étaient appelés à apporter des contributions au niveau national.

Sa présentation portait sur les points suivants :

  • la genèse du document ;
  • les défis régionaux ;
  • la validation du document par l’Equipe Technique ;
  • le Contenu proprement dit et les références.

A la fin des travaux, une Commission restreinte de rédaction a été mise en place, composée des membres en provenance du Régulateur, de BBS, des Opérateurs de téléphonie mobile et des Fournisseurs d’Accès Internet opérant au Burundi.

La mission de ladite Commission sera de travailler conjointement avec les pays membres de l’EAC jusqu’à l’aboutissement final du document traitant de l’interconnexion transfrontalière.